Musées et bibliothèques

Les musées de Besançon

 

Né grâce au legs Boisot, les collections de la Ville sont ouvertes au public dès 1696, soit un siècle avant le Louvre (1793). En 1843, Besançon inaugure son nouveau musée de peinture, situé place de la Révolution où il réside encore aujourd’hui. Il constitue le premier étage de la nouvelle halle aux grains de la ville. En 1849, le musée d’archéologie le rejoint. Racheté par la Ville en 1865, le palais Granvelle acquiert ses premières fonctions muséales à la fin du XIXe siècle : en ses murs sont créés le musée Gigoux en 1883-1884 et le musée Willemot en 1898.


Contrairement à aujourd'hui, la scénographie, soit "l'art" de présenter les collections, est inexistante. Seule une juxtaposition d'œuvres est proposée au spectateur. L’objet n'est pas mis en valeur et peu présenté dans son contexte.

Alors que la plupart des autres villes ont rendu leurs musées payant depuis longtemps, ceux de Besançon sont gratuits jusqu’en 1919.


Livres et lecteurs

 

C’est en 1818 que la bibliothèque municipale ouvre ses portes au public dans de nouveaux bâtiments situés rue de la Bibliothèque. Au XIXe siècle, elle ne reste fréquentée que par les élites. A partir de 1879, ses collections ne répondant plus aux demandes de lectures plus distrayantes, une bibliothèque populaire, qui propose notamment de nombreuses œuvres romanesques, ouvre au public dans un bâtiment municipal à côté du temple du Saint-Esprit.