Fonds général (Ms 508 à 1004)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

Ms 508 à 1004

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Bibliothèque municipale de Besançon

Présentation du contenu

Voir l'histoire de la conservation dans l'introduction et les appendices
L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable. Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

 

Cote/Cotes extrêmes

Ms 734 à 830

Cote/Cotes extrêmes

Ms 798

Date

Première moitié du XVIIIe siècle

Importance matérielle

XVIII-672 pages

Particularité physique

Papier
Reliure de l'époque, en carton, couvert de basane

Dimensions

272 × 185 mm mm

Présentation du contenu

C'est d'abord la copie de l'ouvrage imprimé qui a pour titre : Antoninae historiae compendium, ex variis scriptoribus collectum, per Aymarum Falconem. Lugduni, 1534, in-4o — Viennent ensuite les copies des compléments manuscrits donnés à cet ouvrage par le P. Louis Charency. Ces compléments ont les titres suivants : 1o (fol. 223) « Epitome et series Compendii Antoninae historiae, ex manuscripto extracta, authore R. P. Ludovico Charency, canonico regulari hujus ordinis, pietate et eruditione insigni » (page 447) ; 2o « Antoninae historiae quaedam notatu digna » (page 579). Le premier de ces compléments se termine par la notice du 27e abbé de Saint-Antoine de Viennois, Jean Rasse, élu général de l'Ordre en 1645. Le second appendice finit sur un fait relatif à l'année 1624.

Le volume a pour annexes des répertoires dont voici les titres :

Langue des unités documentaires

latin

« Series praeceptoriarum seu domorum ordinis Sancti Antonii Viennensis. » — L'Ordre de Saint-Antoine avait deux maisons en Franche-Comté : l'une à Besançon, fondée dès le commencement du XIIe siècle ; l'autre à Aumonières, près de Champlitte, remontant au même siècle. Cette dernière maison avait été unie, en 1735, à celle de Besançon ; mais, à partir de 1777, la commanderie d'Aumonières fut cédée à l'Ordre de Malte, tandis que celle de Besançon devenait une succursale du séminaire diocésain, pour servir de lieu de retraite aux prêtres infirmes

Cote/Cotes extrêmes

Page 631

Mots clés lieux