Fonds général (Ms 508 à 1004)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

Ms 508 à 1004

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Bibliothèque municipale de Besançon

Présentation du contenu

Voir l'histoire de la conservation dans l'introduction et les appendices
L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable. Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

 

Cote/Cotes extrêmes

Ms 599 à 646

« Lettres de Monsieur du Val, bibliothécaire de Sa Majesté Impériale, au vénérable frère Zozime, hermite de Sainte-Anne en Lorraine »

Cote/Cotes extrêmes

Ms 608

Date

Seconde moitié du XVIIIe siècle

Importance matérielle

707 pages, plus un cahier intercalaire de 6 feuillets

Particularité physique

Papier
Reliure carton couvert de veau raciné

Dimensions

202 × 155 mm mm

Présentation du contenu

C'est la copie, souvent incomplète, de 175 lettres, écrites de Florence et Vienne, entre les années 1740 et 1772, par Valentin Jameray-Duval, au supérieur de l'ermitage de Sainte-Anne, près de Lunéville, monastère où il avait servi comme berger et dont il voulut, jusqu'à la fin de ses jours, demeurer le bienfaiteur. Sur les origines de cet ermitage et les incidents du séjour qu'y fit le futur directeur de la Bibliothèque de Vienne, on peut consulter l'autobiographie de Valentin Jameray-Duval, publiée par le chevalier Koch (1784).

Au revers du plat supérieur de la reliure de notre volume, est l'ex-libris en gravure de la bibliothèque particulière de Jameray-Duval ; puis, sur les feuillets de garde, six petites vignettes gravées par Salomon Kleiner et représentant les principaux traits de la vie de l'auteur des lettres au Frère Zozime. La dernière de ces vignettes a pour sujet l'ermitage de Sainte-Anne ; l'encadrement est dominé par le portrait du Frère Zozime indiquant à un autre Frère plus contemplatif un passage de la Genèse relatif à la vie laborieuse et active. Le dessin de cette vignette avait été fourni à Jameray-Duval par son ami Gerardet.

Ce volume avait été acheté par le collectionneur Jean-Jacques Bruand, de Besançon, des héritiers du Bénédictin D. Fleurant, décédé en 1803, à Azeraille, près Baccarat (Meurthe). Les copies dont le volume se compose sont de la main de ce religieux.

Langue des unités documentaires

latin

Notes

Manuscrit numérisé -- Fonds général