Fonds général (Ms 508 à 1004)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

Ms 508 à 1004

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Bibliothèque municipale de Besançon

Présentation du contenu

Voir l'histoire de la conservation dans l'introduction et les appendices
L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable. Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

 

Cote/Cotes extrêmes

Ms 670 à 679

Cote/Cotes extrêmes

Ms 676

Date

Premières années du XVe siècle

Importance matérielle

203 feuillets

Particularité physique

Papier et parchemin
Chaque cahier est composé de cinq doubles feuillets de papier vergé et glacé de fabrication orientale, qui s'encartent dans un double feuillet de parchemin. Absence de lettres initiales, les places qui leur étaient réservées demeurant blanches
Reliure du XVIIe siècle, en carton, couvert de veau

Dimensions

280 × 200 mm mm

Langue des unités documentaires

latin

Mots clés personnes

« Incipit feliciter prologus Compendii cronicarum. [S]apientis consilium docet in tempore ocii scribere sapienciam... » — « ...et solempniter fecit eum coronari Aquisgrani ; qui, post mortem patris, imperator effectus est ; nondum tamen pervenit ad coronam. » — L'auteur de ce Compendium nous apprend, sous la date de 1322, qu'il naquit en cette année, le jour de la fête de S. Pierre ès liens, c'està-dire le 1er août : pour ce motif, le nom de Pierre lui fut donné au baptême

Cote/Cotes extrêmes

Fol. 9

Présentation du contenu

Dans son prologue, l'auteur présente son ouvrage comme une compilation faite avec les chroniques et traites d'illustres écrivains, tels que Josèphe, Eusèbe, Isidore, Jérôme, Augustin, Comestor, Thomas d'Aquin, Vincent et Frère Martin. Son travail est essentiellement germanique comme point de vue ; des empereurs romains il passe aux empereurs grecs, et de Michel Curopalate, l'un de ceux-ci, arrive à Charlemagne, pour suivre la filière de la descendance allemande de ce prince. Le Compendium se termine par la mention de la mort de l'empereur Charles IV, que notre texte fixe à l'année 1380, tandis qu'elle eut lieu réellement le 29 novembre 1378.