Fonds général (Ms 508 à 1004)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

Ms 508 à 1004

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Bibliothèque municipale de Besançon

Présentation du contenu

Voir l'histoire de la conservation dans l'introduction et les appendices
L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable. Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

 

Cote/Cotes extrêmes

Ms 680 à 733

Cote/Cotes extrêmes

Ms 712

Date

Fin du XIIIe siècle (pour la majeure partie du volume)

Importance matérielle

230 feuillets

Particularité physique

Parchemin
Grandes lettres peintes en bleu et rouge ; d'autres, faites à la plume, en encre noire, comportent des faces humaines au trait
Reliure en bois, couvert de peau chamoisée ; angles et le centre de chaque plat étaient munis de plaques de cuivre ouvragé qui ne sont plus qu'au nombre de six

Dimensions

267 × 207 mm mm

Langue des unités documentaires

latin

Actes des engagements annuels que prenaient à tour de rôle les chanoines de faire les frais, pour l'année suivante, du luminaire et de la collation des premières vêpres de la fête de l'Invention des reliques de S. Étienne, le 3 août. — Actes de déclaration de contumace contre les dignitaires de certaines églises du diocèse qui devaient assister à cette même fête du 3 août et y remplir certaines fonctions. Ces dignitaires étaient : un chanoine de Saint-Anatoile et un de Saint-Maurice de Salins, devant faire les fonctions de chantres ; l'abbé de Goailles, le prieur de Losne et celui de Mouthier-Haute-Pierre, tenus de chanter chacun une leçon des matines. Le prieur de Mouthier, à qui incombait la septième leçon, devait remplir cet office en ayant sur le poing un faucon garni de sonnettes et à ses côtés des lévriers de chasse. Parmi ces actes, qui se suivent depuis l'année 1412 jusqu'à l'année 1518, on a intercalé la copie du procès-verbal de l'élection d'Eudes de Roche, chanoine, en qualité de surchantre de Saint-Étienne, charge devenue vacante par la mort de Jean de Montjustin, en 1299 (fol. 78)

Cote/Cotes extrêmes

Fol. 76