Catalogue des manuscrits conservés dans d'autres bibliothèques ou en collection privée

Déplier tous les niveaux

Conditions d'accès

L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.

Conditions d'utilisation

Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

Antiphonaire de l’abbaye de Luxeuil

Cote/Cotes extrêmes

Diocésaine Ms 2

Date

1175/1225

Importance matérielle

208 feuillets (26 cahiers de 8 feuillets)

Particularité physique

parchemin

Dimensions

340 sur 250 mm mm

Présentation du contenu

Rubriqué, encre rouge et noire

Reliure vers 1575/1625, basane sur ais de bois ; décor identique sur les plats, estampage à froid, alternance de filets triples formant 2 cadres et 4 fleurons sur les caissons du dos

Propriétaires précédents : ex-libris garde sup. recto « Mona S Petri Luxou // Cat inscr » ; trace d’une étiquette-cote du XIXe s. sur le dos de l’ouvrage ; entré dans les collections de la Bibliothèque diocésaine au XIXe s.

Ouvrage destiné au chant liturgique des moines, l’antiphonaire contient notamment les antiennes (refrains) chantées entre les psaumes lors de l’office. Si habituellement ce type d’ouvrage est assez courant dans les fonds médiévaux, il revêt ici une importance particulière pour deux raisons. Tout d’abord, la rareté des ouvrages issus de la prestigieuse abbaye de Luxeuil - fondée au VIe s. par le moine irlandais Colomban – n’est plus à démontrer : incendies, instauration de la commende, négligence, sac du monastère en 1789, réduisent la bibliothèque à trentre-trois titres de manuscrits répertoriés lors de la confiscation en 1790. En y ajoutant les manuscrits disséminés à travers le monde et identifiés à ce jour, le total ne dépasse guère la cinquantaine de pièces conservées. Second motif d’intérêt de cet antiphonaire, outre son contenu général : la présence dans les premiers folios d’un ordinaire liturgique ou rituel, qui décrit les coutumes de la communauté monastique dans le cours des XIIe et XIIIe siècles.

Le manuscrit a fait l’objet d’une restauration menée par M. Luc Espouy, relieur à Dijon, supervisée par Mme Pascale Milly de l’Agence Régionale de Coopération pour la lecture, l’Audiovisuel et la Documentation en Franche-Comté (ACCOLAD). Le financement de l’opération a été assuré à 75% par le Conseil Régional de Franche-Comté au titre de la politique « Fonds de conservation de l’écrit » et à 25% par l’Association Grammont Haute-Comté (Centre diocésain de Besançon). La numérisation présente ici le manuscrit avant sa restauration.

Langue des unités documentaires

latin