Fonds général (Ms 508 à 1004)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

Ms 508 à 1004

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Bibliothèque municipale de Besançon

Présentation du contenu

Voir l'histoire de la conservation dans l'introduction et les appendices
L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable. Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.

 

Cote/Cotes extrêmes

Ms 533 à 598

Cote/Cotes extrêmes

Ms 567

Date

1771-1818

Importance matérielle

115 feuillets

Particularité physique

Papier
Demi-reliure veau rouge

Dimensions

355 × 220 mm mm

Présentation du contenu

Copies de la main de l'auteur.

En tête du recueil est un « Avis de l'auteur », ainsi conçu : « Les pièces qui forment ce recueil ne sont en grande partie que des à-propos de société, et il en est peu qui ne soient au-dessous du médiocre. La plupart sont le fruit de la complaisance du poète pour des amis qui les lui demandoient et qui les présentoient en leur nom à d'autres amis... »

Mais, ajouterons-nous, plusieurs de ces pièces dépeignent certains incidents qui se rattachent à l'histoire de la Franche-Comté ou qui se lient à la biographie de l'auteur, et ainsi le recueil offre un intérêt qui est indépendant de la valeur littéraire des morceaux qui le composent. L'auteur, Pierre-Philippe Grappin, né à Ainvelle-lez-Conflaus (Haute-Saône), le 1er février 1738, se fit Bénédictin à Luxeuil et compta parmi les meilleurs érudits de la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe. Il adhéra à la constitution civile du clergé, sans cesser d'être fidèle aux principes de sa profession religieuse. Député en 1797 par les prêtres constitutionnels de la Haute-Saône à l'assemblée qui prit le titre de Concile national, il eut l'occasion de s'y lier avec Grégoire et les autres chefs de l'Église constitutionnelle de France. Claude Lecoz, devenu archevêque de Besançon, se reposa en partie sur lui de la réorganisation du diocèse, tandis que l'Académie de Besançon reconstituée le créait son secrétaire perpétuel. Malgré les préventions que le clergé de l'ancien régime manifestait contre lui, la pureté de ses mœurs et la dignité bienveillante de son caractère lui procurèrent les sympathies des hommes concilants de tous les partis. Il mourut à Besançon, le 20 novembre 1833, à l'âge de quatre-vingt-quinze ans et neuf mois. « Le matin même, dit son biographe Charles Weiss, il avait composé une pièce de vers adressée à un de ses jeunes compatriotes pour l'encourager à l'étude. » (Biographie universelle.)

Les principales pièces du reueil sont précédées des titres suivants :

Langue des unités documentaires

latin

Notes

Offert à la Bibliothèque par D. Grappin

« Remercîment aux eaux de Luxeu. On l'a imprimé dans les affiches de la province, en 1771, n. 34 »

Cote/Cotes extrêmes

Fol. 23-24 vo